A la chasse au rancher à Bandera

Bandera, point de départ du Great Western Cattle Trail et capitale des cowboys… Telle est la première étape que nous avions choisie pour notre périple. Après avoir fait étape dans la ville natale de Lyndon B. Johnson, le seul président démocrate originaire du Texas, et photographié la première Texas White House, nous étions au cœur du Hill country agricole dès 16 heures de l’après-midi, prêtes à découvrir à quoi ressemblait la vie dans un ranch.

Pour trouver une famille, nous sommes entrées dans un magasin fournissant le matériel nécessaire à l’activité agricole, où nous n’avons rencontré que des propriétaires d’animaux de compagnie. On nous a conseillé de nous rendre au Longhorn Saloon et au restaurant OST (pour Old Spanish Trail) pour parler à des cowboys.

Le premier établissement comptait effectivement un authentique cowboy, mais employé dans un ranch situé à une heure et demie de route de Bandera. Et le niveau d’alcoolisation de l’assemblée nous a incitées à poursuivre notre recherche.

A OST, on nous a donné les coordonnées de ranchs accueillant les visiteurs.  Parmi leurs propriétaires, certains ne répondaient pas au téléphone, un autre recevait un groupe de soixante personnes, le quatrième n’était pas chaud pour que l’on prenne ses enfants en photo…

Nous avons alors demandé de l’aide dans des magasins de souvenirs et de vêtements de cowboys. Et nous nous sommes rendu compte que la plupart des personnes les tenant vivaient en dehors de Bandera et n’y connaissaient pas forcément grand monde…

LES BARS EN DESESPOIR DE CAUSE

Les vendeuses à qui nous avons parlé nous ont renvoyées à deux bars où se retrouvent les locaux qui boivent un peu moins que les habitués du Longhorn Saloon. Nous avons fait la connaissance de plusieurs familles, dont un jeune couple et leur adorable petite fille de sept mois qui nous auraient volontiers reçu… si la maman ne travaillait pas à partir de 21 heures dans un bar de la Kerrville voisine !

Nous avons adoré écouter l’avocat Jerry chanter en s’accompagnant à la guitare à l’Eleventh Street bar. Mais nous commencions à désespérer. Car nous avions aussi passé une bonne heure à essuyer des refus au supermarché local…

Et puis, à 20 h 30, alors que nous payions notre note à OST en nous demandant combien nous coûterait la nuit au motel si Jerry ne nous prêtait pas son canapé, la patronne s’est enquise de notre recherche. Et quand nous lui avons expliqué qu’aucune famille n’avait encore accepté de nous ouvrir sa porte, elle nous a parlé de « Mr. Bill » :

« Mr. Bill là-bas possède un ranch ». « Oh oui, Mr. Bill est très gentil », a répondu la serveuse qui se tenait à côté de la caisse en se dirigeant vers la table du rancher pour lui expliquer notre projet.

Nous, nous n’avions plus l’énergie pour le faire. Mais comme l’homme semblait disposé à nous accorder une interview, nous nous sommes approchées de lui et avons fait la connaissance d’une personne formidable, qui a accepté de nous raconter son histoire à dix heures du soir. Le projet était sauvé !

TEXTE Cécile

PHOTOS & VIDEO Mélinda

Publicités

2 réflexions sur “A la chasse au rancher à Bandera

  1. Salut les filles. Bon, les débuts peuvent être difficiles, mais ça fait partie du « trip ». Vivement l’histoire de Monsieur Bill…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s