Les St. John – Un déçu d’Obama + une libertarienne = deux votes pour Romney ?

Robin et Jeff St. John

Elle est agente immobilière, lui professeur de physique. Robin et Jeff St. John se sont rencontrés en 1990, sur leur lieu de travail. Diplômée en psychologie, Robin intervenait dans l’établissement scolaire où Jeff donnait des cours, en Californie. La Texane était déjà maman d’une petite fille, Britney, qu’elle élevait seule. Et quand elle est tombée enceinte de leur fils Dylan, Jeff l’a épousée, puis l’a suivie au Texas, dans le Nord de l’agglomération de Dallas-Fort Worth. Car pour le couple, « la Californie n’est pas un bon endroit pour élever des enfants. Il y a trop de distractions. Les gangs y sont plus actifs ». Lire la suite

Publicités

Cynthia Rogers – Un président noir, rare signe d’espoir

Mère de cinq enfants nés de trois pères différents dont aucun n’a été son mari (son seul mariage n’ayant duré que deux ans et ne s’étant pas traduit par une nouvelle naissance), Cynthia Rogers a l’impression de subir sa vie. « Quand on est petite fille, on ne se dit pas que l’on va vivre des allocations [soit un budget de 1 343 dollars mensuels, du fait du handicap de son second fils, autiste]. Mais pour élever mes enfants, j’ai dû y avoir recours ».

Josef le fils, Cynthia la mère, Kendra la fille

Née à Hawaï en 1965, Cynthia semble avoir souffert de l’attention portée à sa sœur aînée, souffrant d’un problème cardiaque, de la mort de sa mère d’une maladie auto-immune (le Lupus érythémateux disséminé) quand elle n’avait que neuf ans et de l’autorité parentale accordée sa belle-mère. « Elle en abusait. Quand elle nous punissait, elle s’assurait que nous souffrions ».

Lire la suite

Les Salha – Du Liban au Texas, le rêve américain

A la maison, les Salha parlent anglais. Mais en bons petits Libano-américains, Diana et Christopher, les enfants, apprennent et parlent trois langues : français, anglais, arabe. Leurs parents sont arrivés à Houston à cause de la guerre civile au Liban (1975-1990). Fadi quand il avait seulement treize ans. Liliane lorsqu’elle avait vingt-six ans. Ces deux professionnels de la santé (dentiste et pédiatre) ne se sont pas adaptés de la même façon au Texas.

Pour Fadi, dont le frère et la sœur vivent à Houston et Austin, le choix est clair. « J’aime le Texas, il y a beaucoup d’espace. Vous pouvez travailler, voyager n’importe où et j’aime l’esprit entrepreneur des Américains. Je dirais que je suis Texan à 75 % et Libanais à 25 %. J’aime être américain mais j’aime aussi la culture libanaise centrée autour de la famille. Même si parfois la société là-bas est très pesante. »

Les Salha : Fadi le père, Diana la fille, Christopher le fils, Liliane la mère.

Lire la suite

Les Blyth-Salvato / Deux homosexuels démocrates réinventent la famille recomposée

La mère Cheryl, le père Carl (désormais divorcés), le nouveau compagnon de Carl Joe, les filles Claire, Katie, Sarah et son mari Kiran

Originaire de la côte Est, où il a passé l’essentiel de sa vie (hormis des séjours en France, où il a appris le français adolescent, puis au Canada), Carl Blyth avoue qu’il était un peu inquiet avant de déménager à Austin, la capitale du Texas, en 1993. « Je m’imaginais l’Etat comme laid, sec, républicain. Le Texas est républicain, mais il est beaucoup plus divers qu’on ne l’imagine de l’extérieur et la République populaire d’Austin n’a rien à voir avec la conservatrice Dallas ou même Houston ».

UNE FAMILLE RECOMPOSEE ET HOMOSEXUELLE

Austin, c’est la ville où Carl a pu faire son coming out et se séparer de sa femme sans drame majeur en 1997, avant de reconstruire une famille à part entière avec Joe Salvato, qu’il a rencontré en 2004. Les deux premières filles de Carl, Sarah et Katie, étaient alors adolescentes. Mais la petite dernière, Claire, n’avait que dix ans. « Nous avons donc partagé le rôle de père et Joe a beaucoup fait à la maison », souligne Carl. Lire la suite

Bill Rivers, rancher/dresseur au grand coeur

Bill Rivers est un authentique cowboy, né dans le Nebraska, élevé dans une ferme du Missouri. Quand il était petit, il voulait être vétérinaire. Au final, il se retrouve à 64 ans dans un ranch au Texas et avec une belle carrière à Hollywood. Chez Disney ou sur les plateaux de films comme Hidalgo, le truc de Bill c’est de dresser n’importe quel animal ! Chimpanzés, zèbres, chameaux et oryx n’ont plus aucun secret pour lui.

Lire la suite

Romney plus offensif qu’Obama, mais pas plus convaincant

Pour suivre le premier débat télévisé entre Obama et Romney ce soir, je me suis rendue chez mes voisins : des étudiants en langues à l’université du Texas.

Voici le compte-rendu de cet échange centré sur l’économie et la santé avec l’un d’entre eux: le thésard français Charles Mignot, qui se rappelle de la primaire démocrate ayant opposé Barack Obama à Hillary Clinton en 2008.

Pour ou contre le contrôle fédéral sur la loi électorale texane ?

Comme les autres Etats de l’Union, le Texas a son propre code de la route, sa politique scolaire, de santé publique, etc. Mais tout comme une série d’Etats ou de régions au passé raciste, il ne fait pas ce qu’il veut en matière électorale. Et c’est un Texan, le Démocrate Lyndon B. Johnson, qui a introduit la loi interdisant le suffrage censitaire qui excluait jusque là de nombreux Noirs de la vie démocratique.

Le Voting rights Act de 1965 oblige toujours le Lone Star State à obtenir l’aval fédéral dès qu’il modifie une disposition électorale. Une disposition dépassée pour certains. Mais sur laquelle l’administration Obama s’est appuyée pour censurer deux lois électorales texanes au cours des derniers mois. Journaliste au Texas Tribune, francophone et francophile, Jay Root est revenu pour nous sur cette polémique à l’issue d’un débat sur le sujet samedi, à Austin, dans le cadre du deuxième Tribune Fest.

PS : Jay Root vient de publier un livre électronique analysant l’échec du gouverneur Rick Perry dans la primaire républicaine à l’issue de laquelle Mitt Romney s’est imposé : Oops! (A Diary from the 2012 Campaign Trail).