La première fois que j’ai tiré avec une arme à feu

Même après une année entière passée au Texas, je dois avouer que la simple vue d’une arme à feu sur le parking de la foire aux armes de Tyler la semaine dernière, au rayon chasse des magasins de sports américains, à la ceinture d’un policier, d’un militaire ou d’un éleveur comme Bill Rivers, que nous avons interviewé à Bandera (la « capitale des cowboys »), me répugne toujours. Comme la plupart d’entre nous j’espère, j’aimerais vivre dans un monde expurgé de violence. Mais la culture des armes est tellement présente de ce côté-ci de l’Atlantique (et au Texas en particulier), que je me dois de m’y intéresser en tant que journaliste.

Et j’avoue que j’étais vraiment curieuse de savoir quelle sensation on ressent au moment de tirer. Pas tellement ce qui passe par la tête au moment d’appuyer sur la gâchette. Mais est-ce que l’on sent le recul du pistolet dans tout son corps lorsque la balle est partie ? Ou est-ce que l’on peut vraiment envoyer un projectile mortel sans aucun effort ? Je sais bien que tout l’enjeu pour les fabricants d’armes est de permettre de tuer en fournissant le moins d’efforts possible. Mais je me demandais si, sur le plan strictement physique, il était vraiment aussi facile de tirer que je me l’imaginais, car cette idée me semblait vertigineuse.

Lire la suite

Publicités

Les Bingham – Déçus par le parti républicain mais fans du Texas

Christie et Gene Bingham

Forcément républicains les commerçants texans ? Rien n’est moins sûr ! Votant habituellement pour le parti de l’éléphant, Gene et Christie Bingham, patrons du restaurant The Beacon Cafe, situé au sein d’un aérodrome de Fort Worth, s’apprêtent à s’abstenir. Pour eux, non seulement Mitt Romney est un mauvais candidat, qui « hésite sans cesse », « ne dit pas clairement ce qu’il veut faire » et « s’en est pris aux petites gens ». Mais Obama a aussi « sauvé l’économie », « reconnu qu’il ne pourrait pas faire tout ce qu’il avait promis lors de la précédente campagne et maintenu les troupes nécessaires à l’étranger ».

Lire la suite

Les Ward – Obama pour son bilan et sa vision avant sa couleur de peau

Des Noirs au Texas ? Il y en a un petit peu moins que dans le reste du pays (à un point près). Mais tout de même plus de 12 % au dernier recensement de la population, en 2010.

Pour en rencontrer, il nous a suffi de nous rendre à l’heure de la messe dans un temple rattaché à un courant du protestantisme né après le début du XIXe siècle (l’époque où les Afro-Américains ont commencé à s’y convertir massivement). A l’église baptiste missionnaire de Mount Moriah, à Elgin, près d’Austin, nous avons fait la connaissance de Gladys Ward, la mère du pasteur assistant.

Mount Moriah Missionary Baptist Church

LE PASSE ESCLAVAGISTE DU TEXAS

« Ma grand-mère est arrivée comme esclave du Tennessee pour récolter du coton et je me rappelle qu’à l’école nous devions nous contenter de livres d’occasions, dont certaines pages manquaient, car c’était l’école des Noirs », raconte la sexagénaire, qui a passé toute sa vie dans la région rurale située à l’Est de la capitale du Texas.

Lire la suite

Les Blyth-Salvato / Deux homosexuels démocrates réinventent la famille recomposée

La mère Cheryl, le père Carl (désormais divorcés), le nouveau compagnon de Carl Joe, les filles Claire, Katie, Sarah et son mari Kiran

Originaire de la côte Est, où il a passé l’essentiel de sa vie (hormis des séjours en France, où il a appris le français adolescent, puis au Canada), Carl Blyth avoue qu’il était un peu inquiet avant de déménager à Austin, la capitale du Texas, en 1993. « Je m’imaginais l’Etat comme laid, sec, républicain. Le Texas est républicain, mais il est beaucoup plus divers qu’on ne l’imagine de l’extérieur et la République populaire d’Austin n’a rien à voir avec la conservatrice Dallas ou même Houston ».

UNE FAMILLE RECOMPOSEE ET HOMOSEXUELLE

Austin, c’est la ville où Carl a pu faire son coming out et se séparer de sa femme sans drame majeur en 1997, avant de reconstruire une famille à part entière avec Joe Salvato, qu’il a rencontré en 2004. Les deux premières filles de Carl, Sarah et Katie, étaient alors adolescentes. Mais la petite dernière, Claire, n’avait que dix ans. « Nous avons donc partagé le rôle de père et Joe a beaucoup fait à la maison », souligne Carl. Lire la suite

Bill Rivers, rancher/dresseur au grand coeur

Bill Rivers est un authentique cowboy, né dans le Nebraska, élevé dans une ferme du Missouri. Quand il était petit, il voulait être vétérinaire. Au final, il se retrouve à 64 ans dans un ranch au Texas et avec une belle carrière à Hollywood. Chez Disney ou sur les plateaux de films comme Hidalgo, le truc de Bill c’est de dresser n’importe quel animal ! Chimpanzés, zèbres, chameaux et oryx n’ont plus aucun secret pour lui.

Lire la suite

A la chasse au rancher à Bandera

Bandera, point de départ du Great Western Cattle Trail et capitale des cowboys… Telle est la première étape que nous avions choisie pour notre périple. Après avoir fait étape dans la ville natale de Lyndon B. Johnson, le seul président démocrate originaire du Texas, et photographié la première Texas White House, nous étions au cœur du Hill country agricole dès 16 heures de l’après-midi, prêtes à découvrir à quoi ressemblait la vie dans un ranch.

Pour trouver une famille, nous sommes entrées dans un magasin fournissant le matériel nécessaire à l’activité agricole, où nous n’avons rencontré que des propriétaires d’animaux de compagnie. On nous a conseillé de nous rendre au Longhorn Saloon et au restaurant OST (pour Old Spanish Trail) pour parler à des cowboys.

Le premier établissement comptait effectivement un authentique cowboy, mais employé dans un ranch situé à une heure et demie de route de Bandera. Et le niveau d’alcoolisation de l’assemblée nous a incitées à poursuivre notre recherche.

Lire la suite