Des rêveurs qui n’ont pas la tête dans les nuages

Devant le Starbucks où nous nous sommes installées pour travailler à San Antonio, un groupe de jeunes s’est formé. Ils enfilent des gilets jaune fluo arborant le slogan « I am a Dreamer voter! ». Ne comprenez pas : « Je suis un électeur qui rêve », mais plutôt « je suis un jeune immigré illégal qui rêve de voter ».

« Les Dreamers sont arrivés aux Etats-Unis avant leurs seize ans, ont passé au moins cinq années dans le pays de façon continue, ont fréquenté des écoles publiques américaines, ont été acceptés dans une université et ont un casier judiciaire vierge », explique Adrián Reyna (photo), arrivé en 2004 avec ses parents et un visa tourisme. Il est aujourd’hui étudiant en anthropologie et science politique à l’université du Texas à Austin.

Lire la suite

Publicités