Cynthia Rogers – Un président noir, rare signe d’espoir

Mère de cinq enfants nés de trois pères différents dont aucun n’a été son mari (son seul mariage n’ayant duré que deux ans et ne s’étant pas traduit par une nouvelle naissance), Cynthia Rogers a l’impression de subir sa vie. « Quand on est petite fille, on ne se dit pas que l’on va vivre des allocations [soit un budget de 1 343 dollars mensuels, du fait du handicap de son second fils, autiste]. Mais pour élever mes enfants, j’ai dû y avoir recours ».

Josef le fils, Cynthia la mère, Kendra la fille

Née à Hawaï en 1965, Cynthia semble avoir souffert de l’attention portée à sa sœur aînée, souffrant d’un problème cardiaque, de la mort de sa mère d’une maladie auto-immune (le Lupus érythémateux disséminé) quand elle n’avait que neuf ans et de l’autorité parentale accordée sa belle-mère. « Elle en abusait. Quand elle nous punissait, elle s’assurait que nous souffrions ».

Lire la suite

Qui finance la campagne ?

OpenSecrets.org est un formidable outil. Par le biais de ce site du Center for Responsive Politics plaidant pour la transparence en politique, il est possible de savoir qui finance les campagnes électorales. Quand on sait que près de 900 millions de dollars ont été récoltés pour l’élection présidentielle (441,6 millions pour Obama, 424,1 pour Romney), sans oublier 444,7 millions de dollars pour les élections sénatoriales et 790,7 pour la Chambre des représentants, on se dit que cela peut valoir la peine de s’y intéresser.

Surtout que depuis la dernière élection présidentielle, il y a quatre ans, une importante modification du financement de la vie politique est intervenue. Dès qu’ils sont parvenus à réunir 5 000 dollars ou plus dans vingt Etats ou plus, les candidats à la présidentielle peuvent prétendre à un dollar gouvernemental pour un dollar privé, dans la limite de 250 dollars par contribution. Mais cette aide publique est conditionnée à un engagement à limiter les dépenses électorales.

Jusqu’en 2010, Lire la suite

Romney plus offensif qu’Obama, mais pas plus convaincant

Pour suivre le premier débat télévisé entre Obama et Romney ce soir, je me suis rendue chez mes voisins : des étudiants en langues à l’université du Texas.

Voici le compte-rendu de cet échange centré sur l’économie et la santé avec l’un d’entre eux: le thésard français Charles Mignot, qui se rappelle de la primaire démocrate ayant opposé Barack Obama à Hillary Clinton en 2008.