Les Bingham – Déçus par le parti républicain mais fans du Texas

Christie et Gene Bingham

Forcément républicains les commerçants texans ? Rien n’est moins sûr ! Votant habituellement pour le parti de l’éléphant, Gene et Christie Bingham, patrons du restaurant The Beacon Cafe, situé au sein d’un aérodrome de Fort Worth, s’apprêtent à s’abstenir. Pour eux, non seulement Mitt Romney est un mauvais candidat, qui « hésite sans cesse », « ne dit pas clairement ce qu’il veut faire » et « s’en est pris aux petites gens ». Mais Obama a aussi « sauvé l’économie », « reconnu qu’il ne pourrait pas faire tout ce qu’il avait promis lors de la précédente campagne et maintenu les troupes nécessaires à l’étranger ».

Lire la suite

Les Blyth-Salvato / Deux homosexuels démocrates réinventent la famille recomposée

La mère Cheryl, le père Carl (désormais divorcés), le nouveau compagnon de Carl Joe, les filles Claire, Katie, Sarah et son mari Kiran

Originaire de la côte Est, où il a passé l’essentiel de sa vie (hormis des séjours en France, où il a appris le français adolescent, puis au Canada), Carl Blyth avoue qu’il était un peu inquiet avant de déménager à Austin, la capitale du Texas, en 1993. « Je m’imaginais l’Etat comme laid, sec, républicain. Le Texas est républicain, mais il est beaucoup plus divers qu’on ne l’imagine de l’extérieur et la République populaire d’Austin n’a rien à voir avec la conservatrice Dallas ou même Houston ».

UNE FAMILLE RECOMPOSEE ET HOMOSEXUELLE

Austin, c’est la ville où Carl a pu faire son coming out et se séparer de sa femme sans drame majeur en 1997, avant de reconstruire une famille à part entière avec Joe Salvato, qu’il a rencontré en 2004. Les deux premières filles de Carl, Sarah et Katie, étaient alors adolescentes. Mais la petite dernière, Claire, n’avait que dix ans. « Nous avons donc partagé le rôle de père et Joe a beaucoup fait à la maison », souligne Carl. Lire la suite

Pour ou contre le contrôle fédéral sur la loi électorale texane ?

Comme les autres Etats de l’Union, le Texas a son propre code de la route, sa politique scolaire, de santé publique, etc. Mais tout comme une série d’Etats ou de régions au passé raciste, il ne fait pas ce qu’il veut en matière électorale. Et c’est un Texan, le Démocrate Lyndon B. Johnson, qui a introduit la loi interdisant le suffrage censitaire qui excluait jusque là de nombreux Noirs de la vie démocratique.

Le Voting rights Act de 1965 oblige toujours le Lone Star State à obtenir l’aval fédéral dès qu’il modifie une disposition électorale. Une disposition dépassée pour certains. Mais sur laquelle l’administration Obama s’est appuyée pour censurer deux lois électorales texanes au cours des derniers mois. Journaliste au Texas Tribune, francophone et francophile, Jay Root est revenu pour nous sur cette polémique à l’issue d’un débat sur le sujet samedi, à Austin, dans le cadre du deuxième Tribune Fest.

PS : Jay Root vient de publier un livre électronique analysant l’échec du gouverneur Rick Perry dans la primaire républicaine à l’issue de laquelle Mitt Romney s’est imposé : Oops! (A Diary from the 2012 Campaign Trail).